Le culte de Saint Eustache

   La légende de Placide-Eustache (martyr( décès en 118)) :

parmi de nombreux récits, vous trouverz ci-joint un extrait de la revue d’études hispaniques médiévales et modernes: Hagiographie cléricale de Saint-Eustache ou récit populaire en Castille(13ème et 14ème siècle) de Madame Catherine Talbotier. La légende de Placide-Eustache est un des romans hagiographiqies les plus célèbres de l’Occident médiéval. Il est possible de retrouver des sources en Inde, au moyen-orient et au Maghreb.Le légende d’Eustache survit aujourd’hui au Canada.

   « Placide, général et chef de guerre hors pair vivait à Rome sous le règne de l’empereur Trajan (1er et début 2ème siècle de l’ère chrétienne). Lors d’une chasse, il rencontra une harde de cerfs. Le plus grand des cerfs portait dans sa ramure un crucifié sur une croix lumineuse qui lui révéla être le Christ et lui ordonna de se faire baptiser, lui et les siens. Placide ayant reçu à son baptême le nom d’Eustache, retourna le lendemain à la chasse où il eut une deuxième vision qui lui annonça qu’il perdrait tout et retrouverait par la suite son état initial.

   De fait, il perdit tous ses biens, ses amis, sa femme, sainte Théopista, lui fut ravie par un commandant de navire, et ses deux enfants, Agapet et Théopiste,  enlevés par des bêtes sauvages. Seul, et ignoré de tous, Eustache s’installa comme simple paysan pendant quinze ans. L’empereur ayant besoin de ses talents militaires le fit rechercher: reconnu grâce à ses cicatrices, il repartit sur les champs de bataille avec une nouvelle armée et remporte victoires et lauriers. Sa femme, sauvée du déshonneur par la mort inopinée du capitaine du navire, a survécu et s’est faite hôtelière. Dans son auberge, elle a écouté deux jeunes gens engagés dans la nouvelle armée qui se reconnaissent comme frères arrachés aux bêtes féroces par des paysans.  Elle va faire part de sa découverte au général qui les commande: mari et femme se reconnaissent, la famille est réunie.

   La victoire militaire est accompagnée de la mort de l’empereur et, à Trajan succède Hadrien.Devant le refus d’Eustache de sacrifier aux dieux païens, le nouvel empereur décide de faire dévorer cette famille de chrétiens par les lions. Mais les lions refusent, il décide donc de les faire brûler dans un taureau d’airain rougi au feu.Quand on les retira trois jours plus tard, leurs corps étaient intacts. Le récit s’achève sur le rappel des souffrances des martyrs chétiens qui caractériseront le règne d’Hadrien et la date du début de son règne.

lien à l’étude fort complète, mais spécifique de Catherine TALBOTIER :http://e-spania.revues.org/18413 (en Français).

             Saint-Eustache dans l’église de Viroflay

Etymologie du nom Eustache:

« eu »: bien et « stachus »: épi de blé donne un nom propre: homme aux beaux épis.

Au Moyen Age, saint Eustache est un des quatorze saints les plus populaires, que l’on invoque dans toutes les circonstances de la vie quotidienne.

Icone russe du 17ème siècle, reprenant certains symboles de la légende (wikimédia)
Icone russe du 17ème siècle. On y  retrouve certains symboles de la légende-      source:  wikimédia

Son culte est surtout répandu en France du Nord, dans les régions rhénanes, en Angleterre, en Saxe, en Autriche et en Espagne. On en trouve des traces en Russie et au Canada.

On ne sait pourquoi, ni comment, le culte de saint Eustache décline à la fin du Moyen Age, époque où il est remplacé par celui de saint Hubert.

Le culte de saint Eustache est toutefois demeuré vivace en Allemagne et en Lituanie.